Souvenirs diffus d'une guitare rouge des années 70.....?

Souvenirs, souvenirs…..A la fin des années soixante, j'ai vu les frères Jacobacci  fabriquer une superbe guitare solid-body pour un musicien de studio qui partait régulièrement en tournée avec Johnny Hallyday. La première version avait été réalisée en acajou massif sur la base d’une Gibson SG. Comme le musicien la trouvait trop lourde, Roger avait déniché un acajou tropical à croissance rapide extrêmement léger qui, malheureusement , n’avait pas les caractéristiques visuelles de l’acajou. Qu’a cela ne tienne : au lieu d’un rouge cerise transparent, spécialité de la maison, il fut décidé que la guitare serait laquée rouge ! Je me souviens qu’avec Michel Benedetti nous étions  partis à Strasbourg sur la tournée de Johnny pour remplacer un des micros par un des derniers modèles de Michel  et que le musicien enchanté, le soir du concert, nous avait fait des solos d’enfer ! Bien que mes souvenirs de cette époque soient flous (mais moins que la photo de l’en-tête), j’ai longtemps rêvé de posséder cette guitare.

 

Bien entendu, plus le temps passait et plus les chances de retrouver cette guitare se faisaient infimes ! Alors, une drôle d’idée c’est mise à germer dans ma tête : j'allais reconstituer cette guitare ! Tout comme les collectionneurs de voitures qui refont des voitures plus belles aujourd’hui qu’il y a cinquante ans, je pensais qu’il était possible de reconstituer une guitare telle qu’elle était en 1970. Le premier informé de mon projet fût bien sur Roger Jacobacci, qui, compte tenu du travail important à effectuer, m’a prodigué ses encouragements et m’a offert un micro BENEDETTI de la période 1968-1970, en me conseillant de trouver une épave à restaurer. Il y avait justement chez Guitare Village une Jacobacci solid-body des années soixante dix, en vente depuis un certain temps. Me voici donc l’heureux propriétaire d’une JSB version 1, noire avec deux micros Gibson et un Benedetti . Le manche est fabuleux, et le son superbe, elle n’a vraiment rien d’une épave. Mon projet prend un coup dans l’aile : est-ce respectable d’abîmer une relique pour assumer un fantasme ? Quand je la fais voir à des amis musiciens (sans parler de mon projet criminel évidemment), la plupart d’entre eux me disent « dommage qu’elle n’ait pas un Bigsby.». Alors, en route pour un Bigsby ! Par le plus grand des hasards je trouve un vibrato d’époque signé Gibson sur Ebay. Après un combat difficile contre des aficionados du matériel vintage (dont Didier Puech de Toulouse !), je finis par remporter l’enchère. Et là le fantasme revient plus fort que jamais : la JSB de mes rêves était rouge et avait un Bigsby. Après deux ou trois coups de téléphone et quelques échanges d’Email avec Camille Mainemarre, à qui je propose le projet et qui l’accepte, je pars pour Rouen déposer la guitare noire que plus personne ne reverra désormais… Nous sommes en septembre 2004. Promise pour noël 2004, je ne retrouverai la guitare qu’en juin 2005 pour la journée Jacobacci à Montluçon. Il parait que les grands luthiers ne respectent jamais les délais. J’avoue avoir hésité, mais aujourd’hui je ne regrette rien de cette aventure, car le résultat est magnifique. Raymond Gimenes l’a choisie pour son improvisation mémorable avec Pierre Cullaz . Le manche est le même que celui des Studio.

J’ai fait confiance à Camille car, quand j’étais venu le voir pour acheter ma R2, il m’avait présenté une superbe incrustation sur la tête de sa guitare personnelle, qui m’avait convaincu de son talent. Ayant fait des études d’ébéniste, capable de restaurer des meubles anciens de valeur, il était de  surcroît véritablement  passionné des JACO.

Alors, que pensez-vous du résultat final ? N’hésitez pas à donner votre avis sur la liste Yahooo consacrée aux guitares JACOBACCI .

La suite de la fabuleuse histoire de la Custom JACO

 

        

 

 
  Page d'accueil  
 
  Home Page