JB200 1973

 

  • manche acajou 2 pièces

  • frette zéro

  • touche palissandre

  • 21 cases

  • corps acajou

  • 2 micros Benedetti

  • Pad de numéro de série

 

 
 
         
               
         
               
         
 

En 1973, j'ai acheté ma première véritable basse en magasin à Paris, chez Victor Flore. Il s'agit donc d'une Jacobacci JB200. Celle-ci m'avait été recommandée par un ami guitariste qui venait d'acquérir une JSB2.

Nous avons joué quelque temps ensemble...

J'y avais donc consacré la quasi totalité de mes deux premières payes après mon retour du service militaire. Je situe cet achat vers le mois de mai 1973. Vers octobre ou novembre de la même année, je me suis rendu à l'atelier de la rue Duris pour faire effectuer une petite modification : je désirais doubler les contrôles de micros pour obtenir deux canaux de sortie afin d'exploiter deux lignes d'amplification. Les frères Jacobacci m'ont trouvé une solution avec un sélecteur pour l'industrie téléphonique en plus des composants doublés et un jack stéréo. Par la même occasion, il m'ont un peu reproché de ne pas avoir effectué mon achat directement chez eux, me faisant comprendre que j'aurais pu faire quelques économies.
 

Je suis retourné rue Duris pour un petit réglage vers 1978. Ils ont remarqué un mauvais creusement du corps entre le manche et le micro de manche. Cela était dû à l'appui du pouce et le creusement était causé par mon ongle, petit à petit (j'ai remarqué les mêmes traces sur une autre basse décrite dans cette galerie. La photo publiée par Jérémie Dal Santo montre sa basse JB 200 devant un canapé bleu... qui ressemble furieusement à un canapé que j'ai eu dans mon salon il y a quelques années!  Mais je pense que le canapé a été distribué en plus grand nombre que la JB 200...) Ils m'ont donc proposé de poser une troisième plaque de protection, pour masquer les impacts, mais surtout pour prévenir toute nouvelle attaque. Celle-ci a été dessinée dans le style des deux autres. A la réception des travaux, je leur ai confié une Fender Jazz Bass de1972 que je venais d'acquérir. Celle-ci avait été défrettée de manière un peu barbare... Une semaine plus tard, le manche avait été comblé (lignes parfaites à la place des frettes) et remis en état.

Pendant quelque temps (près de 30 ans, depuis 1983), cette guitare basse a sommeillé dans son étui, et je viens de l'en sortir car il me fallait reprendre le flambeau musical.
Un petit nettoyage, un changement de cordes, et c'est reparti...

Photos et collection Jean-Luc Beckert
 
  Page d'accueil  
  Home Page