Deux petits détails sur les fabrications « Jaco »
1-Une petite précision sur les câblages des guitares Jacobacci des années 65/70...
2-La dorure, plaqué-or des cordiers...

1-Les câblages.

Par les hasards de la vie, j'ai eu l'occasion de récupérer la « Distel » N° 170669 attribuée sur le site à la collection de Philippe Estève que je n'ai pas le plaisir de connaître... Elle date effectivement de 1969.L'instrument est construit comme les premières « Distel », c'est à dire en bois massif et non plaqué, dos et table. Elle sonne remarquablement bien, effaçant la Gibson 175 et largement comparable à n'importe quelle Gimenez, L5 ou Super 400...Le chevalet était une vulgaire copie japonaise du Gibson ABR1, donc, pas d'origine surtout en 69. Jamais Roger n'aurait accepté de monter une « M.... » japonaise comme il disait, sur ses guitares, lui qui vénérait Gibson.J'ai donc remplacé le chevalet par un chevalet ébène classique, bien que je sais que Roger aurait préféré un palissandre, mais je n'en avais pas.Je n'ai jamais aimé le son des micros Benedetti, même si je respecte profondément le travail de cet homme, c'est une affaire de goût et d'oreille et c'est un point de désaccord que nous avons toujours eu avec Roger. Aucun de nous deux n'a jamais voulu céder...
J'avais racheté à l'atelier, dans les années 70 un câblage Gibson complet avec deux PAF originaux, récupéré par Roger sur une L5 à la demande particulière du client. J'ai donc décidé de monter cet ensemble sur cette remarquable « Distel » en lieu et place du câblage réalisé en son temps par Dédé qui assurait cette tâche à l'atelier... J'ai changé les capots originaux des PAF qui étaient dorés sur la L5 par des capots nickelés de micros Gibson du tout début des années 60, pour respecter l'intégrité de la Distel. Moment fort, car mettre les mains dans les instruments construits par mes « frères » est toujours une épreuve émouvante... Surprise au démontage, le câblage est blindé par un ressort de cuivre, que Roger avait fait fabriquer m'avait-il dit à prix d'or et qu'il a peu utilisé, car très vite, blindant avec du feuillard autocollant l'intérieur de la majorité de ses guitares, le ressort lui est devenu inutile.Au début, Dédé enfilait à grand peine les fils conducteurs dans de la gaine de blindage souple. J'avais récupéré quand nous avons fermé définitivement l'atelier un carton bourré de ces ressorts et le garde comme une relique...Je suppose que peu de guitares ont été câblées de la sorte. J'espère que si Roger et Dédé ont entendu leur Distel avec les PAF originaux, ils sont heureux de mon entêtement. Cette Distel est devenue sublime et rare...

Merci les frangins...
   
  Câblage d'une Jacobacci de1968
 
   
 
   
  Câblage de la Distel 1969 découvert et un bout de la gaine cuivre originale...
 
   
 
   
 
   
 
   
  Notez la qualité des bois dos et table, avec une parfaite symétrie des deux pièces et un veinage du "spruce" très serré comme le faisait Lloyd Loar" quand il a créé la L5 master piece de chez Gibson ...
   
 
             
                 
               
                 
             
                 
               
   
  2-Les dorures.

Dans les premières années rue Duris, Roger m'expliquait que son atelier de dorure lui faisait des déposes d'or tellement épaisses que le doreur était obligé de mettre un poinçon. Plus tard, les dorures devinrent normales.

Jean-Pierre Lamarque

Photos puis macro photo du cordier de ma Gimenez 68 avec le poinçon...

   
 
   
 
 
Photos et collection Jean-Pierre Lamarque
 
  Page d'accueil  
  Home Page