Jacobacci JSB2 12 cordes 1 micro

 

touche palissandre

frette zéro

22 cases

manche et corps acajou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai acheté dans les années 80, chez un vendeur de guitares d’occasion à Paris, rue du Maine, une guitare qui ne ressemblait à rien. Je rêvais d’une 12 cordes mais je n’avais pas les moyens d’en acheter une neuve à cette époque. En passant par hasard dans cette rue, devant ce magasin aujourd’hui disparu, je tombe en arrêt sur cette 12 cordes solid-body, façon Gibson SG, avec cette tête magnifique et une disproportion corps/manche pour le moins originale. Tout m’était inconnu : la marque, les micros et même le corps SG à une échancrure. Je n’en avais jamais vu.

Je suis entré. Le vendeur, je m’en rappelle, était heureusement occupé. Il m’a donc tendu la bête pour que je fasse connaissance avec elle avant de m’en parler. Dans ce tête à tête avec la Jaco, j’ai d’abord pris possession du manche, facile sous la main, avec cette petite imperfection de la touche entre la 12ème et la 16ème case, qui me l’a rendue tout de suite familière.

Je notais pourtant deux « problèmes » importants.

Le premier tient à la conception (oser dire ça des frères Jacobacci, je vais sans doute faire hurler les puristes). En effet, la taille du manche et de la tête font
que le poids du corps n’est pas suffisant pour que la guitare soit équilibrée. Je m’en suis rendu compte en jouant assis, mais plus tard ce fut encore plus flagrant, debout, en concert. J’ai d’ailleurs rapidement remonté un peu l’attache courroie pour rectifier légèrement cet inconfort.

Le deuxième tient au fait qu’il n’y avait qu’un micro, près du manche.

J’ai donc essayé cette guitare et ma rencontre avec Benedetti a été un coup de cœur. J’ai tout de suite adoré la clarté et la chaleur de ce son. Mais je restais
perplexe sur ce seul micro, placé près du manche. Pour moi, quitte à n'en mettre qu'un, je l’aurais plutôt vu près du chevalet ... OK, OK, il peut y avoir débat aujourd’hui sur ce point, mais moi je faisais de Rock. Mes modèles à moi, c’était les Beatles! Et il n’y avait pas Internet !!!

Jacobacci et Jazz ? Comment aurais-je pu faire le rapprochement !?

C’est là qu’intervient notre vendeur. Il m’explique : Jacobacci, fleuron de la lutherie française, guitares de prestige, Sacha Distel, Jazz, donc Benedetti, donc près du manche ... Bref, il me fait l’article sur la précision et la douceur du son, prisée des jazzmen. J’ai même souvenir qu’il me balance que la guitare est unique et qu’elle est en dépôt-vente. Mais bon, qui arrive encore à croire les propos d’un vendeur de guitare ? Sans doute avais-je tort ;-)

De toutes façons, le coup de cœur avait eu lieu et je suis parti avec la belle.

Je l’ai tout de suite utilisée, mais rapidement je rencontrais des difficultés à la faire exister face à la Les Paul du soliste et à son overdrive ravageur. En rock,
elle se noyait dans la ligne de basse ou pliait les genoux sous les riffs de l’autre guitariste. Non pas par manque de respect, mais par manque de connaissance, j’ai donc décidé de faire ajouter un deuxième Benedetti. Je suis allé voir un luthier en banlieue parisienne pour lui montrer l’objet. Passé la première impression «
qu’est-ce que c’est qu'ce truc !? », il m’a dit qu'il était partant. Je précise que le micro d’origine était à plots plats et que je souhaitais des micros vintage. Le
luthier n’a pas trouvé d’autre micro Benedetti à plots plats mais un lot de 2 micros Benedetti d’occasion à plots coniques. Il a donc changé les deux. J’ai fait
également changer l’accastillage et là, je reconnais que je ne suis pas vraiment dans l’esprit Jacobacci. OK, mais y’avait pas internet !!!

Il n’y a donc qu’une photo de la guitare telle que je l’ai achetée, les autres font apparaitre les modifications. Aujourd’hui, elle sonne toujours aussi bien mais elle
est toujours aussi déséquilibrée et c’est penible.

 

Collection particulière

 

Page d'accueil